Tulum

Tulum et la riviera Maya

Hola, Que tal?

Comme promis, aujourd’hui, nous vous faisons partager notre visite du site archéologique de Tulum, l’une des plus belles cités mayas de la Péninsule du Yucatán. Le site est paradisiaque, en bordure d’une plage de sable blanc et d’une mer turquoise.

La visite se fait assez rapidement car peu de constructions ont été sauvegardées.

Le Temple du Vent est la plus imposante structure et la mieux conservée. Il s’agit d’une construction particulière qui permettait de prévenir des tempêtes et des ouragans qui touchent souvent la région (on a pu s’en apercevoir :-(…). Lorsque le vent se mettait à souffler un peu trop fort au travers de la construction, un son était émis, à la manière d’un souffle dans un coquillage.

Lorsque l’alerte était lancée, La cité de Muyil située à quelques kilomètres au sud était ainsi rapidement prévenue. Les mayas étaient vaguement sanguinaires mais … ils étaient très ingénieux!

Quant à ce site archéologique de Tulum, il est tout simplement grandiose sous un ciel bleu!

Nous profitons de la position centrale de Tulum pour nous rendre à une dizaine de kilomètres au sud, aux portes de la réserve de Sian Ka’an.

Entouré de mangroves, le lagon de Kaan Lum avec un cénote en son centre, offre un lieu de baignade en eau douce et chaude très agréable. Aux premiers rayons de soleil, la lagune s’illumine dans un dégradé de jaune- vert magnifique.

La nature dans cette péninsule du Yucatan est vraiment riche en jolis spectacles pour les yeux!

Hasta luego!

Tulum

Welcome in Tulum

Buenos Dias,

C’est avec une pointe de regret que nous avons quitté la douceur et le calme de Bacalar pour gagner la côte est de la péninsule du Yucatan, beaucoup plus touristique. Il est clair que sur la fin de notre voyage, ce n’est plus le même Mexique que nous allons visiter. Ici, les gens que l’on rencontre parlent autant américain qu’espagnol. Les magasins ne sont plus des boutiques faites de bric et de broc dans lesquelles les marchandises sont entassées plus qu’exposées. Les 15 kilomètres de l’avenue Boca Paila qui longe la côte regorgent de beaux hôtels, de restaurants en vogue et de boutiques bohème très tendance. Ici, les prix grimpent en flèche. Welcome dans la cité éco chic de Tulum!

 

Nous logeons pendant quatre nuits dans le très joli Zamas hôtel à quelques mètres de la plage.

Les cabanes de plage sont superbes et tout confort.

Reconnaissez vous l’autochtone qui fait sa sieste dans son hamac?

Tout est super ici. La seule déception provient de l’état même de la plage.

Comme dans quasiment toute les plages de Tulum, la plage est envahie par des algues, les sargasses. Il y en a tellement que les hôtels ne peuvent pas retirer cet afflux massif d’algues.

Adieu les eaux turquoises de Tulum dans lesquelles il était possible de se baigner par le passé. Aujourd’hui, la mer couleur Caraïbes existe encore, mais au large des côtes de Tulum. Dommage!

Tulum conserve aussi un pueblo dans lequel se trouvent de nombreux restaurants et de petites échoppes artisanales.

Ce sera le lieu parfait pour dénicher de jolis petits présents à ramener aux copains des enfants.

On vous donne rendez-vous pour la suite de l’article sur Tulum  et la riviera Maya un peu plus tard. Ici, le vent souffle, les vagues se brisent sur les rochers. La tempête tropicale Franklin arrive sur la péninsule du Yucatan. Nous avons donc prévu de rester calfeutrés quelque temps en attendant l’accalmie. Si nous avons toujours de l’électricité, vous aurez donc l’article suivant sous peu.

Hasta luego !

 

muyil

Muyil aux portes de la reserve de sian ka’an

Hola! Buenos dias!

Aujourd’hui, Paulo a mal démarré sa journée. Un faux mouvement, il est complètement bloqué au niveau des cervicales et il a mal… Avant de prendre la route pour Tulum, nous cherchons une pharmacie pour acheter un collier cervical mais la pharmacienne ne veut rien nous donner tant que nous n’avons pas rencontré le Docteur Francisco. Etonnés, nous demandons comment faire pour rencontrer cet homme. Il nous suffit de frapper à la porte à côté (attente 0 minutes sans rendez-vous, le rêve pour des français!). Docteur Francisco demande à Paulo, stupéfait, s’il préfère une injection ou des comprimés. Devant l’air médusé du malade, nous optons pour l’option 2.
La surprise principale viendra du prix annoncé par le médecin pour la consultation: 50 pesos soient exactement 2.50 EUR!!! Pour les médicaments, cela sera environ le même prix.

Après cette coupure qui a du nous retarder en tout et pour tout de … 10 minutes, nous reprenons la route vers le Nord de la Riviera Maya.

A 30 minutes de Tulum, nous nous arrêtons au niveau de la zone archéologique Muyil. Là, à l’ombre de la forêt tropicale, les ruines apparaissent les une après les autres, au bout des petits sentiers.

vive_les_vacances_muyil_yucatan

Le chemin se poursuit, s’enfonçant toujours plus dans la forêt tropicale caractéristique de la région. Située à quelques kilomètres de Tulum, la cité maya de Muyil permettait de contrôler la route commerciale de la côte Caraïbe. En effet des marchandises transitaient en plein cœur de la réserve de Sian Ka’an à travers un réseau de lagunes reliées par des canaux. Nous profitons encore du calme et du silence qui règne en ce lieu. Un petit sentier est aménagé dans la forêt. Nous entrons dans la réserve de Sian Ka’an. Ce chemin est entretenu par la communauté maya en contrepartie d’un droit d’entrée à la réserve.

vive_les_vacances_muyil_jungle_yucatan

Nous grimpons en haut d’un mirador de bois qui offre un magnifique panorama sur la jungle et la lagune de Sian Ka’an.

vive_les_vacances_siaankaan_yucatan
vive_les_vacances_lagune_siaankaan_yucatan

Cela nous rappelle Bacalar, mais plutôt en dégradé de vert…

bacalar

Dans la palette de bleu à Bacalar

Hola!

Nous arrivons en fin de journée à Bacalar.

L’intérieur de notre logement n’est pas exceptionnel mais l’emplacement de la Casa Caracol l’est. Nous avons deux pontons qui donnent directement sur la lagune! Et là, franchement, c’est waouh! Des nuances infinies de bleu, de vert, du turquoise à l’émeraude.

Notre connaissance du nuancier de couleurs sera très insuffisante pour décrire la subtilité des reflets de la lagune de Bacalar !

Et dire que nos guides ne consacrent que 5 lignes chacun à cette pépite!

Nous avons rendez-vous avec Sebastian et Fabiana de laguna krystal pour une magnifique promenade en lancha colorée sur la lagune.

Nous commençons notre virée par une baignade dans le très profond et ouvert cénote negro ou cénote de la sorcière. Au vu de la couleur de l’eau, Clem veut être sûre qu’il n’y a pas de crocodile avant de piquer une tête. Comme à Bali, la réponse a été que les crocodiles de Bacalar étaient végétariens! Nous voilà donc rassurés 🙂

Nous avançons maintenant vers le canal des pirates qui relie la mer à la lagune. Bacalar attirait en effet les pirates des Caraibes car elle était un lieu de commerce de bois précieux, le palo de tinte à partir duquel se faisaient des teintures de couleur bleue à violet utilisées pour les tentures royales ou de l’église.

En bordure de ce canal, la zone peu profonde favorise l’évaporation de l’eau et le dépôt des minéraux, nous faisons un bain de maya avec cette pâte riche en souffre, très bon exfoliant pour la peau selon notre guide!

Puis, nous allons observer depuis le bateau les stromatolites.

A Bacalar, ce sont 10km de structures formées par des millions de bactéries qui oxygènent la lagune. 1m2 de stromatolites produiraient autant d’oxygène que 100m2 de forêt! La plus grande concentration de stromatolites au monde se trouve à Bacalar. Comme le corail, la stromatolite est très fragile et sa croissance est interrompue des qu’on la touche.

Nous terminerons notre magnifique croisière  par l’île aux oiseaux et par le cénote esmeralda.

Apres un délicieux apéro mangue ananas , jus d’hibiscus sur le bateau, nous tentons le restaurant los Aluxes pour le déjeuner. L’assiette est bonne et la vue sur la lagune est tellement superbe qu’on y retournera aussi le soir,

Du haut du Fort de Bacalar, la vue est également très jolie.

On passera vite sur la visite du Cenote Azul car au moment où nous y sommes allés, il y avait beaucoup de monde et nous n’y avons pas retrouvé le charme des cénotes visités jusque là.

Maintenant, il est l’heure de se coucher et d’aller faire de beaux rêves bleus…

uxmal

La route Puuc

Buenos dias!

Apres un petit déjeuner bien chaleureux au délicieux pickled onion de Santa elena, nous arrivons vers 9h sur le site d’Uxmal. Nous n’avons pas pu avoir le guide Jorge recommandé par Valerie mais nous avons pourtant eu un Jorge comme guide et celui-là était plutôt unique en son genre!

Au milieu de précisions intéressantes sur ce site magnifique d’Uxmal, notre guide nous a expliqué que les terribles aztèques qui dominaient les peuples d’Amérique centrale, avaient envahi l’Europe. Quand il a situé la fin de la 2ème guerre mondiale à 1982, nous avons compris que nous n’aurions pas une visite guidée très ordinaire. Par contre, cela nous a valu de beaux fou rires!

Parmi les informations qui nous ont semblé exactes, nous pouvons retenir qu’Uxmal était le centre économique et culturel d’une vaste région de collines (puuc). C’est le site le plus important de la route Puuc. 5 des sites seulement sont ouverts au public.

La region souffre cruellement de manque d’eau ce qui explique le culte voué au dieu de la pluie, Chaac, représenté par le serpent. De nombreuses citernes sous-terraines ont été creusées à Uxmal pour permettre de recueillir et de stocker les eaux de pluie.

 

Etant donné que nous avons beaucoup de route aujourd’hui, nous ne ferons qu’un autre site de la route Puuc. Le site de Kabah, tres petit mais très agréable, se trouve à environ 15km d’Uxmal.

Et maintenant, c’est parti pour 4h30 de route, direction le Sud Est à quelques kilomètres du Bélize; En route vers Bacalar!

route des haciendas

La route des Haciendas

Aujourd’hui, petite nouveauté, nous ouvrons une page « tourisme industriel ».

Nous quittons Merida en direction de  Uxmal en empruntant la route des haciendas.

A la sortie de Merida, nous cherchons à faire le plein mais la station est en panne. Nous cherchons une autre station, en vain…Les kilomètres défilent et nous nous retrouvons en pleine pampa mexicaine, avec le réservoir à sec!

Par chance, une habitante nous a indiqué une petite maison blanche dans laquelle nous avons pu trouver quelques bidons d’essence!

Petit coup de stress matinal avant de visiter l’hacienda Sotuta de Peon.
Sotuta des Peon est une des rares Haciendas de sisal (hennequen) encore en activité.

Jorge nous fait visiter la propriété en français. Pour les enfants, c’est parfait!

La production actuelle de l’hacienda est anecdotique par rapport à l’époque, pas si lointaine, au cours de laquelle elle comptait 3000 ha et un millier d’employés. La visite est passionnante!

On observe, étape par étape depuis la récolte de l’agave, la fabrication des cordes qui ont fait la fortune des haciendas du Yucatan. Puis, ces haciendas ont sombré avec l’arrivée de la fibre nylon et de la concurrence de pays comme le Brésil vers lequel le Mexique a exporté des plants d’agave.

Il faut environ 7 ans pour que l’agave puisse commencer à être récoltée. Une plante produit pendant environ 25 ans.

La mascotte de l’hacienda, Don Antonio, a connu Sotuta de Peon du temps de son heure de gloire. Il nous raconte en maya (avec Jorge en traducteur) la vie de dur labeur des ouvriers de l’époque, qui n’était pourtant rien à côté de la vie d’esclave dans l’hacienda du temps de son grand-père.

Apres la visite de l’hacienda, nous allons rafraîchir dans le cénote Dzul Ha aux eaux limpides;

Pendant que d’autres profitent d’un petit massage…

En debut d’après-midi, nous quittons, Sotuta de Peon en empruntant une route …quasiment impraticable sans 4X4 afin de visiter une autre hacienda, Temozon.

Comme la plupart des autres haciendas depuis la fin des exportations massives de hennequen (sisal), cette propriété a été transformée en hotel de luxe.

Pendant que Paulo nageait dans l’immense piscine, Clem a gouté la torta de la maison et en a englouti quasiment 3!

Avant de rejoindre Santa Elena où nous passerons la nuit, nous faisons une dernière halte au Musee choco story histoire d’en connaître plus sur la fabrication du chocolat des mayas à nos jours.

Il est temps de fermer nos moustiquaires car ici, dans le B&B pickled onion, on dort comme dans une hutte où l’air rentre mais les insectes aussi…

Hasta pronto!

 

merida

Merida la blanca

Hola!

A première vue, il est difficile de comprendre le surnom de la capitale du Yucatan tant là encore, les ruelles sont colorées.

Apparemment, c’est parce que ses rues étaient extrêmement propres que le surnom de Merida la blanca  lui a été donné.

Nous avons visité la ville le 1er août, le lendemain du jour de paye. Etait-ce pour cela que nous avons trouvé des rues bondées, des files d’attente énormes dans les magasins et les distributeurs de billets?

Probablement en partie. Mais cette ville d’environ 1 million d’habitants grouille de vie et de couleurs 24h/24!

Le temps d’une pause, nous trouvons un petit havre de paix dans le parc de la cathédrale.

Avant de retourner se rafraîchir dans la piscine de notre Guest house Luz en Yucatan. L’ambiance ici est caliente!

Nous avons testé deux bons restaurants dans cette ville : le chaya maya, en plein centre historique et le rosas & xocolate sur le passage de Montejo.

Nous compléterons cet article à notre retour car la connexion internet n’est pas assez bonne pour supporter les photos des nombreux édifices colorés de Mérida.

Hasta luego!

Chichén Itzá

En route vers Merida

Hola!

Nous avons adoré l’authenticité de la petite ville extrêmement chaleureuse de Valladolid.  Avec un pincement au coeur, nous la quittons pour nous rendre plus à l’ouest de la péninsule du Yucatan, jusqu’à Merida.

A 35 minutes, nous faisons notre premier stop important de la journée. Et quel stop puisque nous allons découvrir l’une des 7 nouvelle merveilles du monde, la cité maya de Chichén Itzá! Ici, il est obligatoire d’arriver quasiment à l’ouverture à 8h si l’on veut pouvoir profiter de ce site extraordinaire sans les milliers de touristes qui y affluent chaque jour.

Chichén Itzá a été la cité la plus importante de la culture maya entre 900 et 1300 de notre ère. Le site possède une zone centrale monumentale de cinq kilomètres carrés.

L’édifice le plus célèbre et le plus important de Chichén Itzá est le Temple de Kukulcán. Ce temple a une hauteur de 24 mètres et repose sur une plate-forme de 55,5 mètres de large sur laquelle se dressent quatre escaliers qui représentent les points cardinaux et dont le nombre de marches combiné correspond aux 365 jours de l’année.

D’ autres symboles astronomiques sont présents : les 18 terrasses qui symbolisent les 18 mois  de 20 jours du calendrier maya.  Au moment des équinoxes, une illusion d’optique exceptionnelle se produit dans l’escalier nord : les marches projettent un jeu de lumières et d’ombres qui forment l’image du serpent-dieu descendant sur la terre symbolisant le moment de se rendre aux champs pour les semailles avant l’arrivée de la saison des pluies.

On vous épargnera les détails sur la quantité de sacrifices humains qui ont été réalisés sur ce site et on retiendra que les mayas étaient probablement des architectes, des mathématiciens et des astronomes de grand talent. Les espagnols évangélisateurs ayant détruit la quasi totalité des manuscrits mayas, nous aurons quelques hypothèses mais très peu de certitudes sur les fonctions exactes des édifices de ce site archéologique grandiose.

Lorsque nous quittons le site maya, nous suons à grosses gouttes. Ici comme depuis notre arrivée, nos téléphones indiquent une température de 26°C mais il fait plus de 40°C. Nous allons donc nous rafraîchir dans un cenote voisin, le cenote IK KIL

Vu d’en haut, ce cenote est moins charmant que les cenotes d’hier. Cependant, depuis l’eau, le site est superbe avec sa végétation luxuriante qui envahit les parois. Et puis, quoi de mieux que nager dans de l’eau fraîche pour couper la chaleur et retrouver de l’énergie pour continuer notre route!

Nous faisons un petit crochet pour visiter la petite ville d’Izamal.

Si Edith Piaf avait visité Izamal, nul doute que son célèbre refrain serait immédiatement devenu la vie en jaune 🙂

En effet, ici, à l’image de son Convento de San Antonio de Padua, toutes les batisses sont peintes couleur soleil éclatant! Cette ville est à croquer.

Nous arrivons en fin de journée dans notre guesthouse de Merida, Luz en Yucatan.

Nous visiterons Merida demain. En attendant, nous gouttons aux spécialités culinaires et culturelles de la capitale de l’état du Yucatan.

Non classé

Bienvenue à Valladolid

Valladolid, nous voilà!Nous quittons Isla Mujeres pour gagner les terres Mexicaines en voiture de location. Direction la deuxième ville de la région du Yucatan: Valladolid.

Nous avons choisi cette étape pour son côté central et surtout parce que l’on a repéré la Casa Mango qui possède un hamac au dessus de la piscine. Un deuxième rêve pour notre pépette!

La ville est haute en couleurs avec ses boutiques de bric et de broc dans lesquelles tout peut se réparer. Sur la place centrale, les femmes offrent aux passants leurs broderies colorées. L’église de San Servacio surplombe la place. La ville est très animée, toute en couleurs!
Le Convento San Bernardino au bout de la très belle calzada de los Frailes nous offre le dimanche soir un sons et lumières de toute beauté!

Valladolid, c’est aussi un point central pour accéder en 30 minutes le site archéologique d’Ek Balam.

Du haut des 150 marches de la grande pyramide, la vue du site entouré de la jungle est superbe!

A deux kilomètres à pied (ou en taxi à trois roues), se trouve le sublime cénote Xcanche. Un cénote est un puits naturel profond, formé par l’effondrement de calcaire, partiellement ou totalement rempli d’eau. Au Nord de Merida, il y a 65 millions d’années, une météorite a percuté la Terre et a provoqué une chaleur gigantesque qui a liquéfié le calcaire. Ces cavités se sont ensuite remplies d’eau douce.

Aujourd’hui, quel bonheur que de se rafraîchir dans un environnement aussi beau avant d’aller manger des quesadillas dans un petit restaurant maya!

Nous visitons ensuite deux autres cenotes tout à côté de Valladolid, le Cenote Samula (partiellement ouvert) et le Cenote fermé X’kekén (Dzinup).

Nous quittons Valladolid après deux nuits passées à la villa Mango. Direction Chichen Itza.

Hasta Luego Amigos!

isla mujeres

Isla Mujeres: 3 jours de farniente au paradis des Caraïbes

Holà!

Bienvenidos a Isla Mujeres!

Après dix heures d’avion, quoi de mieux qu’une île de rêve pour découvrir le Mexique en douceur, dans un décor paradisiaque!
Cette île de huit kilomètres de long et 0,5 de large se trouve à tout juste six kilomètres de la côte nord-est de Cancún. La plupart des habitants de l’île vivent de la plongée et de la pêche.

30 minutes de ferry depuis Puerto Juarez et nous arrivons sur la partie Nord de l’île d’Isla Mujeres. Nous posons nos serviettes pour 3 jours sur la plus belle des plages de l’île, la Playa Norte.

Au programme: soleil, sable fin et pélicans dans des eaux couleur menthe à l’eau…

Nous réussissons une première fois à quitter notre superbe hôtel Na Balam pour aller visiter le pueblo aux couleurs vives d’Isla Mujeresisla_mujeres_pueblo

Puis, nous nous rendons vers le sud de l’île en voiturette de golf, histoire d’aller nager avec des dauphins, un grand rêve de notre pépette!

3 jours de rêve sous les cocotiers, c’est vraiment trop court! Mais notre périple dans le Yucatan ne vient que de commencer…

Hasta luego Amigos